NOUS CONTACTER






Top

Après des commentaires pédophiles, YouTube supprime plus de 150 000 vidéos d’enfants

Après des commentaires pédophiles, YouTube supprime plus de 150 000 vidéos d’enfants


(TIC Mag) – Alors qu’elle est régulièrement accusée de laisser passer des contenus douteux sur sa plateforme, YouTube a une nouvelle fois été épinglée. En cause cette fois, des commentaires pédophiles sous des vidéos d’enfants postées par des utilisateurs. Il s’agit des vidéos anodines comme des films de famille sur lesquels on peut apercevoir des enfants en maillot de bain à la piscine, ou en pyjama. Seulement, des utilisateurs y ont laissés des commentaires de type pédophile, laissant entendre qu’ils souhaitaient avoir des pratiques sexuelles avec ces adolescents.

Rapidement, ces commentaires ont attiré l’attention du quotidien britannique le Times, suscitant dans la foulée une grande indignation et une vaste polémique chez les autres utilisateurs, sans pour autant faire plier le géant américain, qui n’a consenti à aucune concession. Il aura fallu que les grandes marques et annonceurs importants dont Adidas, Hewlett Packard, Amazon et autres s’en mêlent et menacent de retirer leurs publicités sur la plateforme pour que YouTube réagisse. Sept jours après, et devant toute cette pression, YouTube se résigne finalement à retirer de sa plateforme 150 000 vidéos, dont des encarts publicitaires, ce qui a bien embarrassé les marques dont l’image se trouvait associée à ces contenus.

Une affaire qui remet au grand jour les accusations portées contre YouTube, notamment celles de ne pas être assez regardant sur les contenus publiés sur sa plateforme. Dans la plupart des cas, le géant américain réagit après l’indignation des internautes contre tel ou tel contenu…après souvent que les vidéos mises en cause aient été regardées des millions de fois par les internautes.

Ecrit par TIC Mag

 

L’article Après des commentaires pédophiles, YouTube supprime plus de 150 000 vidéos d’enfants est apparu en premier sur TIC Mag.



Article original publié sur TIC MAG (Source link )

No Comments

Post a Comment