NOUS CONTACTER






Top

Quelle stratégie derrière l'accès public des Facebook Stories ?

Quelle stratégie derrière l'accès public des Facebook Stories ?


Facebook vient de modifier le paramètre de visibilité des Facebook Stories en permettant le partage public de ces dernières. C’est-à-dire qu’elles peuvent être visibles pour l’ensemble des membres de Facebook, qui rappelons-le à dépasser les 2 milliards d’utilisateurs. Jusqu’à présent, il était possible de le partager seulement auprès de vos amis ou à certains. Alors pourquoi cette mise à jour qui au premier regard n’a peu d’incidence ?

Bref retours sur la Story en général…

Il faut se souvenir que le format Facebook Stories a été lancé en mars 2017 par le réseau social et fait directement écho aux stories d’Instagram, copiées elles-mêmes à la plateforme sociale Snapchat, il y a un an maintenant. Pour les personnes étrangères à ce format, une Story consiste à partager une photo-moment à une sélection de personnes. Cette dernière restera visible pendant un certains temps sur la plateforme (12h sur Facebook).

Cependant, si sur Instagram le format des Stories à bien pris malgré des remarques négatives à ces débuts (notamment via les utilisateurs-fans de Snapchat), ce n’est pas du tout le cas de Facebook Stories. Rien de scientifique derrière ce constat, mais je ne vois personnes parmi mes amis Facebook partager une Story. Si ce n’est pour tester les filtres en réalité augmentée qui sont extrêmement bien réussis (beaucoup plus réaliste que Snapchat à mon goût).

Quelle stratégie derrière pour Facebook ?

Alors derrière cette possibilité de partage public, Facebook va pouvoir s’appuyer sur les membres stars du réseau social comme certaines influenceurs : chanteurs, acteurs, politiques ou encore des journalistes. Ces derniers le font déjà via Instagram ce qui pourrait permettre de les inciter sur la plateforme de Facebook. Ce ne serait pas sans nous rappeler la stratégie déployée pour les Facebook Live. À l’époque (en juin 2016 en fait…), The Wall Street Journal avait dévoilé les sommes versés à plusieurs média et influenceurs pour qu’ils utilisent le format Live qui avait du mal prendre auprès des membres également. Ainsi le New York Times avait perçu 3 millions de dollars quand Micheael Phelps touchait 200 000 dollars… Au total 50 millions de dollars de rémunération qui avait sûrement impacté le déclin de Periscope qui se trouve être la première plateforme à proposer le format Live.

Cela serait donc une potentielle stratégie pour Facebook d’ouvrir le partage public des Stories. Il reste à voir si le format prendra définitivement auprès des membres et des influenceurs.

Source.

Share
No Comments

Post a Comment